Qu’est ce que Maitri ?

Définition – Que signifie Maitri?

Maitri est l’une des quatre vertus du bouddhisme, collectivement connues sous le nom de Brahmaviharas ou «les incommensurables». Le terme maitri peut être traduit du sanscrit par «bonté de cœur», «bienveillance» ou «convivialité». Le concept est au cœur de la pratique bouddhiste de la méditation de la bonté de cœur et est également référencé dans les anciennes écritures hindoues et jaïns.

Maitri a été récemment popularisé par Pema Chodron, professeur bouddhiste, auteur et religieuse. Dans son livre Comment méditer: un guide pratique pour se faire des amis avec votre esprit, elle décrit le maitri comme une «amitié inconditionnelle», non seulement envers les autres mais envers soi-même.

En tant que tel, c'est une facette essentielle de la méditation de pleine conscience, permettant au pratiquant de cultiver une attitude sans jugement, non critique et non orientée vers la pratique.

Maitri est également connu sous le nom de metta en Pali.

On explique Maitri

La gentillesse est un aspect fondamental de la philosophie bouddhiste et du yoga, mis en évidence par leurs enseignements de non-violence (ahimsa) envers tous les êtres, y compris soi-même. Les premières références au maitri peuvent être trouvées dans des textes védiques anciens tels que les Upanishads, ainsi que dans les Yoga Sutras de Patanjali dans lesquels il est synonyme de metta.

Dans le bouddhisme, le maitri est la première des quatre vertus que l'on doit pratiquer pour dissoudre tout sens d'un soi séparé, comme moyen de se connecter au divin intérieur. Connues sous le nom de Brahmaviharas, ces vertus se construisent les unes sur les autres, à commencer par maitri:

  1. Maitri: Bienveillance, envers soi-même comme envers les autres.

  2. Karuna: La compassion, résultant du maitri, dans lequel on identifie la souffrance des autres comme la sienne propre.

  3. Mudita: Joie empathique de savoir que les autres sont heureux, même si on n'a pas contribué à leur bonheur.

  4. Upeksa: L'équanimité, un sentiment d'égalité et de sérénité qui découle du traitement impartial de chacun

La méditation de pleine conscience et la répétition d'affirmations positives sont les moyens les plus courants de pratiquer le maitri. La méditation de bienveillance, également connue sous le nom de méditation metta, combine ces deux pratiques d'une manière spécialement conçue pour cultiver le maitri.

C'est une méditation basée sur la pleine conscience, dans laquelle le pratiquant cultive la douceur, la compassion et la bienveillance envers lui-même. Des affirmations positives telles que «puis-je être heureux», «puis-je être en bonne santé» ou «puis-je être à l'aise» peuvent être utilisées parallèlement aux techniques de base de la pleine conscience comme la respiration et la conscience corporelle.

La méditation Metta n'est pas une pratique d'auto-indulgence, mais encourage plutôt les pratiquants à aborder la résistance avec un sentiment de fermeté et de reconnaissance de leur propre humanité. Cette attitude aide à cultiver la bienveillance plutôt que le jugement et la critique envers soi-même, une compétence qui est ensuite transférable aux autres.

Le développement de la convivialité inconditionnelle guide les praticiens vers l'équanimité mentale et l'acceptation, dans lesquelles il n'est pas nécessaire de qualifier une expérience de «bonne» ou de «mauvaise».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *