Qu’est ce que Porte Porte Para Porte Para Sam Porte Bodhi Swaha ?

Définition – Que signifie Gate Gate Para Gate Para Sam Gate Bodhi Swaha?

Gate gate para gate para sam gate bodhi swaha (Sanskrit: गते गते पार गते पार संगते बोधि स्वाहा) est un mantra bouddhiste qui se trouve à la fin du Sutra du Cœur, souvent cité comme l'écriture bouddhiste la plus connue et inclus dans le Prajnaparamita («Perfection de la sagesse») du canon bouddhiste mahayana. Il est également connu sous le nom de Heart Calming Mantra.Il existe quelques traductions, mais elles partagent le même objectif général. Ce mantra peut être traduit par «disparu, disparu, allé sur l'autre rive au-delà. O quel réveil, grêle! ». Une traduction plus courte et plus concise est: «allé au-delà de l'au-delà vers l'illumination». Une autre perspective sur ce mantra est: "Partis, partis, partis tout le long, tout le monde est allé sur l'autre rive, illumination, grêle!"

On explique Gate Gate Para Gate Para Sam Gate Bodhi Swaha

Chaque mot dans gate gate para gate para sam gate bodhi swaha a sa propre signification. La répartition de chaque mot est la suivante:

  • Gate signifie disparu.
  • Paragate signifie allé vers le rivage le plus éloigné et est une expression courante en sanskrit utilisée par les bouddhistes et les jaïns pour désigner les arahants. (Le mot para signifie la rive d'une rivière opposée à celle sur laquelle on se trouve actuellement.
  • Parasamgate signifie complètement parti pour le rivage. (La syllabe sam signifie: tout à fait, complètement ou complètement.)
  • La syllabe bodhi est un nom féminin qui signifie éveil, connaissance et illumination.
  • La syllabe swaha est une partie indéclinable du sanscrit védique. On dit que c'est le nom de l'épouse d'Agni, le dieu du feu. Cette syllabe est utilisée à la fin d'un chant qui accompagne une offrande brûlée faite lors d'un sacrifice védique (plutôt comme «amen» est utilisé à la fin d'une prière dans la liturgie chrétienne). Cette syllabe ne peut pas vraiment être traduite, car c'est un mot performatif.

Cette prière apparaît à la fin du Sutra du cœur est un enseignement de Chenrezig, également connu sous le nom de Bodhisattva Avalokitesvara, le Bouddha de la compassion.

Ce sutra est souvent chanté par les adeptes du bouddhisme lors de réunions et de pratiques de méditation quotidiennes. Bien que le Sutra du Cœur soit très bref, il contient des concepts fondamentaux de la philosophie bouddhiste. Ceux-ci incluent les quatre nobles vérités, les skandhas, le concept central du bouddhisme mahayana, le vide et le cycle d'interdépendance.

Ce mantra particulier est puissant et poétique car il inaugure une expérience d'illumination et l'encouragement à tout laisser aller. Sa nature répétitive est méditative et apaisante, et pourtant elle est aussi déférente au divin en soi comme on le voit dans le dernier mot, swaha. Swaha est traditionnellement dit à la fin de faire une oblation à Dieu (s). Ce mantra parle de l'impermanence de la vie et de l'acceptation de cette vérité.

Ce mantra peut être médité, chanté ou chanté. Il est beau et contient ses propres rythmes. Il est nettement bouddhiste par nature, mais reste vrai pour être un authentique mantra sanskrit.

Quand il est chanté correctement, il doit couler facilement et être rythmé. Le «a» est prononcé d'une manière ouverte comme le «a» en père. Le «o» se prononce comme le «o» dans le mot ouvert. Le «dhi» dans le mot bodhi est prononcé avec un peu d'air supplémentaire pour faire aspirer le «d».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *