Loading...
Yoga

Qu’est-ce que le Tantra Yoga ?

tantra yoga

Si le mot Tantra évoque des scènes de sexualité, vous n’êtes pas le seul. L’introduction des pratiques tantriques en Occident a été identifiée par inadvertance à une pratique qui est entrecoupée de nudité, de sexualité et, parfois, de promiscuité.

La vérité est que le Tantra peut améliorer votre vie sexuelle, mais seulement en approfondissant d’abord votre connexion à votre énergie et à votre corps. Bien que les pratiques tantriques soient fondées sur le principe de l’intimité, l’intimité n’est pas purement physique. C’est l’acte de se connecter si profondément que vous avez l’impression d’avoir un aperçu de votre âme et peut-être de celle d’un autre.

J’ai entendu dire qu’elle était décrite comme “en moi je vois”, en partant du principe que nous devons prendre conscience de notre véritable nature avant de pouvoir forger le chemin de l’union avec les autres.

Quel est l’intérêt du Tantra Yoga ?

Le but du Tantra Yoga est de favoriser le bien-être émotionnel, en aidant à la santé spirituelle et physique.

L’exploration des énergies subtiles à l’intérieur du corps et leur connexion avec l’univers permettent de comprendre le but de la vie et les principes de l’union dans de nouvelles dimensions.

Qu’est-ce que le Tantra Yoga ?

Le mot Tantra signifie “tisser ou étendre”. La racine du mot yoga est “yuj” qui signifie “union”. Comme certaines des 8 autres formes de yoga, le Tantra Yoga mélange des éléments des pratiques Raja, Bhakti, Karma, Kundalini et Hatha. Ce qui le distingue des autres est qu’il tisse également la dynamique d’autres pratiques mystiques telles que l’astrologie, l’Ayurveda, les cristaux et la gemmologie, pour n’en citer que quelques-unes. En utilisant ces aspects, la pratique tantrique vise à dépasser les limites perçues de la philosophie yogique et des asanas.

L’approche globale du Tantra Yoga intègre des pratiques de respiration consciente, de pranayama et de méditation, et peut être pratiquée individuellement ou en partenariat avec d’autres. Dans les deux pratiques, la relation entre le micro (soi) et le macro (les autres) est renforcée.

Le vinyasa, en tant que méditation en mouvement par des postures, ou asanas, peut également être pratiqué en partenariat, en mélange d’énergies ou en solo. L’objectif est le même : prendre conscience de nos forces et de nos faiblesses, des endroits où nous résistons à l’union avec nous-mêmes et avec les autres, et cultiver la capacité de réagir consciemment plutôt qu’inconsciemment à nos peurs et à nos désirs. Lorsque cela se produit, nous atteignons un état de béatitude éternelle.

Cinq pratiques de Tantra Yoga

1. Pose de paix avec Pranayam, respiration consciente

Commencez en position assise croisée, Sukhasana, ou pose de paix. Regardez vers le bas ; si les genoux sont plus hauts que les plis des hanches, asseyez-vous sur un bloc de yoga ou un tapis de yoga enroulé pour élever la colonne vertébrale.

Pour la pratique en solo, placez les mains dans le gyan mudra (également appelé jnana mudra dans certaines pratiques) avec le bout de l’index touchant le bout du pouce, en étendant les trois autres doigts avec les paumes vers le haut et en reposant sur les genoux ou les cuisses. Le gyan mudra, une forme de yoga pour les mains, est considéré comme le premier mudra avec de nombreux bienfaits pour la santé et pour la terre.

Si vous vous entraînez avec un partenaire, asseyez-vous dos à dos dans une pose de paix, sukhasana. Vous voudrez aligner vos colonnes vertébrales : commencez par rapprocher vos sièges le plus possible l’un de l’autre. Possibilité d’utiliser le prithvi mudra, le bout des annulaires touchant le bout des pouces, les trois autres doigts étant tendus mais détendus. Ce mudra crée un circuit d’allumage du méridien du cœur, ou ligne d’énergie qui part des annulaires, s’étend vers le haut à travers les bras et se confluent au centre du cœur, à l’avant et à l’arrière de la poitrine.

Prenez cinq respirations complètes, en vous concentrant sur le lissage de la longueur de l’inspiration pour qu’elle corresponde à la longueur de l’expiration.

2. Salutations au soleil, Surya Namaskar

Commencez par la pose de la montagne (tadasana/urdhva hastasana), en vous tenant au sommet de votre tapis de yoga. Comme pratique individuelle, vous pouvez vous entraîner face à un miroir intégral. Dans le cadre d’une pratique en couple, vous pouvez vous entraîner soit face à face, soit côte à côte. Amenez les paumes de vos mains au centre de votre cœur en anjali mudra (geste de prière) ou placez une main sur votre cœur et une autre sur le cœur de votre partenaire. Prenez cinq grandes respirations.

Étendez les bras au-dessus de votre tête, posez en montagne, puis inclinez-vous vers l’avant, en gardant le cœur ouvert et le regard tourné vers l’avant, et relâchez la tête dans un pli vers l’avant (uttanasana). Amenez les mains sur les tibias ou les cuisses et allongez votre colonne vertébrale pour un demi-tour (ardha uttanasana). Répétez l’exercice trois fois.

3. Planche latérale modifiée/ Partenaire Pose de la planche latérale modifiée

Commencez en position de table, les poignets alignés sous les épaules, les mains écartées et les hanches empilées sur les genoux. Pour la pose en planche modifiée par le partenaire, vous pouvez légèrement toucher le sommet de la tête l’un avec l’autre pendant que vous êtes à table. Ensuite, étendez vos tibias droits derrière vous, les orteils repliés en dessous en enracinant votre main droite dans le tapis et en ouvrant vos poitrines l’une vers l’autre.

Pour une pratique individuelle, amenez votre main gauche à reposer sur votre cœur en empilant votre épaule gauche sur la droite de façon à ce que votre cœur soit grand ouvert. Vos hanches sont également empilées, créant ainsi une belle ouverture pour ce que l’on considère comme nos centres énergétiques les plus vulnérables : les hanches et le cœur. Dans la pratique en couple, connectez les paumes de la main gauche au-dessus de votre tête. Profitez de cinq respirations. Retournez à la table et changez de côté.

4. Pose de paix partenaire, Sukhasana enlacé

Prenez une position lâche, les jambes croisées (généralement la personne la plus grande dans le sukhasana en premier). Votre partenaire s’assoit alors sur vos cuisses et croise ses chevilles derrière votre dos. Touchez le centre de votre troisième œil (espace entre les sourcils) alors que vous vous allongez tous les deux sur votre colonne vertébrale. Vous pouvez choisir de fermer les yeux ou de vous regarder légèrement dans les yeux pendant que vous inspirez et expirez par le nez. Prenez cinq respirations, permettant une synchronisation naturelle de la respiration, les paumes de vos mains reposant sur la face arrière du cœur de votre partenaire. Abandonnez-vous à l’expérience intime des battements de votre cœur et de celui de votre partenaire.

5. Pose de l’enfant (Balasana), Pose de l’enfant du partenaire

Amenez vos genoux en largeur sur les bords de votre tapis, pliez vers l’avant en posant votre front sur le tapis, les bras étendus au-dessus de votre tête mais en restant sur le tapis (si vos genoux sont sensibles, vous pouvez placer les bords pliés d’une couverture derrière vos genoux avant de vous replier vers l’avant ou poser votre siège et éventuellement votre front sur des blocs de yoga). Si vos épaules le permettent, amenez vos paumes à se toucher dans la prière, symbole de l’union avec tous les aspects de vous-même.

Pour la pose de l’enfant du partenaire, prenez la même forme que celle décrite ci-dessus, avec les têtes dirigées l’une vers l’autre. Les bras tendus, vous pouvez placer votre paume gauche vers le bas et votre paume vers le haut pour faire le lien avec les paumes de votre partenaire. On dit que nos mains sont le prolongement de notre cœur. Imaginez que vous inspirez en sortant de la paume gauche, que vous respirez l’essence de votre partenaire et que vous expirez par la paume droite, en partageant votre essence avec votre partenaire. Pour une pratique plus avancée, en supposant que les deux partenaires ont des genoux et une colonne vertébrale en bonne santé, vous pouvez demander à l’un des partenaires (généralement le plus grand) de rester dans la pose de l’enfant, et à l’autre, assis dans la direction opposée, sur le bas du dos du partenaire dans la pose de l’enfant. Lentement, en gardant le poids dans les pieds, commencez à vous baisser, en utilisant l’appui des mains sur le tapis le long des hanches du partenaire du bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *